Hello !!!

    12-test-2-.jpg

 

 

Ce blog est un morceau

de vie, d'envie, de partage, d'humeurs,

de réflexions, de tout et de rien...

 

Zani-mots-ALM-.jpg




Un grand merci
à Monsieur Kiki
pour ces deux
jolies réalisations

 
 
Diapositive15.JPG

"Tout ce que j'ai fait,
a servi à me construire.
"
Samuel Jackson
 
Diapositive15.JPG
Si vous souhaitez me contacter,
cliquez ci-dessous


Diapositive15.JPG

Mes index

 

undefined
undefined
 
 
  ALAURE.gif

 

Rechercher

1, 2, 3...

 
Vous êtes le
 
ème

   visiteur de ce blog

   

Vieilleries

Vagabondages

    Mes explorations

Les Blogeurs

   

Chim--re-copie-1.jpeg Gludo.jpeg
Bluegrey-2.jpeg Na--k.jpg Lamia-copie-1.jpeg
Demain-sera.jpg Gouli.jpg
undefined
Erzie Marc-Supy--copie-1.jpg
kiki.jpeg
Calipso.jpg Betty.jpg
Karine.jpg Yueyin.jpeg Anjie.jpg
Bric---brac.jpg
Fabebook--copie-1.jpg Abeille-.jpg
La-Hibou-.jpg VDM.jpg Marie
     

 

Les Auteurs
 
Marc--bouton-site-.jpg
 
Les Artistes
 

 
Les Autres
 

Babelio.jpg

 

 

ALAURE.gif

Biblio

 

Je fais partie du groupe


 

J'aime beaucoup le

 

 

Mes index
 

  

 

 


 

Livre d'or

Livre-d-or-.JPGLivre d'orLivre d'orLivre d'or
Livre-d-or--2-.jpg
 
Vous souhaitez laisser un petit message,
un avis ou une suggestion
qui n'est pas spécialement en rapport
avec un article ?
Vous voulez juste poser une question
ou faire  un petit "coucou" ?
Alors pas de problème,
cliquez sur le livre d'or,
il vous conduira au bon endroit.
Je vous promets de répondre.
 
 

 
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 06:12

Je voudrais vous faire partager un texte que mon grand-père m'a fait découvrir car il l'affectionne particulièrement. Il ne se souvient plus qui en est l'auteur et bien qu'il soit âgé de 88 ans, il est encore capable de le réciter sans la moindre aide. Ah la mémoire !!!!

Il vient de me charger de faire des recherches afin d'essayer d'identifier ce fameux auteur. C'est à cette occasion que j'ai découvert un site émanant d'un groupe scolaire Suisse. Je trouve que le travail fait par les enseignants de cet établissement scolaire pour essayer de donner à leurs élèves le goût du savoir et très intéressant.
Leur site est très chouette. Je conseille à tous les parents d'y faire un petit tour, vous y trouverez un tac de petits trucs sympa que vous pourrez faire apprendre à vos enfants tout en les divertissant.

Voici donc l'adresse : http://www.ecolemartigny.ch/

 

Et maintenant place à ce fameux poème qui est en fait un oxymoron ou oxymore,ce qui veut dire en rhétorique réunion de deux mots de sens opposés.

 

Un jour qu'il faisait nuit
Et que debout couché,
Je dormais dans mon lit
Sur un arbre perché
J'aperçu tout à coup en fermant les paupières
A travers le soleil une pâle lumière
Qui par l'éclat brillant de son obscurité
Répandait dans ma chambre une obscure clarté.

 

Chaussé de mon bonnet, coiffé de ms galoches
Je m'habille tout nu, les deux mains dans mes poches,
Puis attelant mon char à mes quatre chevaux,
L'un étant noir de neige, l'autre blanc pruneau
Pédestrement assis, je monte en équipage
Et traverse en volant le Mont Blanc à la nage.

Mes coursiers fatigués se dresse sur leur flancs
Immobiles d'ardeur, prennent leur mors aux dents
Et couchés sur le dos, galopants ventre à terre
En droite ligne ils font le tour de l'hémisphère.

 

Ainsi qu'un phaéton de l'Eridan tombé
Je parcourais le ciel dans un char embourbé.
C'est alors qu'un pygmée de formes gigantesque
Glacé comme un brulot, aux douceurs titanesques
S'approche loin de moi et barrant mon chemin
S'enfuit en me mettant le collet à la main,
Et de ses yeux fermés, me regardant en face
- Ta bourse me dit-il, ou sinon je t'embrasse…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ALaure - dans Méli mélo
commenter cet article

commentaires

jc 25/11/2012 16:19


Vous avez oublié la fin du poëme :


"C'est alors que le nez me monte à la moutarde,


De mon sac à tabac je tire ma hallebarde


Et de l'arme empoignant le milieu par un bout


Je l'ajuste si bien que je rate mon coup."


Cordialement

ALaure 27/11/2012 14:03



Merci beaucoup !! Je n'avais pas cette fin, et je suis ravie de la connaître !!



Patrick, 33170 Gradignan 09/07/2009 20:48

Le texte que je possède, me vient aussi de mon grand-père (né en 1895)identique jusqu'à... hémisphèreTel on voit sur les eaux sillonner un ballon
Que pour rendre léger on redouble de plomb
Tel on voit dans les airs un vaisseau faisant voile
S’en aller et se perdre au milieu des étoiles
Ainsi qu’un Phaéton dans l’Éridan tombé
Je parcourais le ciel sur un char embourbé
Il faisait un tel froid que le rayon solaire
Me rôtissait la peau sous le cercle polaire
Et qu j’étais contraint faute de cache-nez
De me mettre bras nus pour avoir chaud aux pieds
Tout à coup un pygmée aux formes gigantesques
Qui d’une boule avait l’air chevaleresque
S’approche loin de moi et barrant mon chemin
S’enfuit en me mettant le collet sur la main
Et de ses grands yeux fermés me regardant en face
« Ta bourse, dit-il, ou sinon je t’embrasse
« Tremble, tu vois en moi le plus féroce agneau
« Qui des loups affamés dévore le troupeau
« Mon père naquit trois jours avant mon grand-père
« Et moi je vis le jour quinze ans avant ma mère
« De mon frère cadet avant moi longtemps né
« Bien que plus jeune que lui j’étais encore l’aîné
« Ma sœur qui par hasard ne vint jamais au monde
« Etait par sa douceur une autre Frédégonde
« De la prospérité tu vois en moi le fils
« Enfant de la discorde engendrée par Thémis
« Dans un combat naval qui fut livré sur terre
« Je fis deux prisonniers, l’éclair et le tonnerre
« Seul avec cent soldats je vainquis un héros
« Qui mordait la poussière, étalé sur son dos
« Armé de mon fusil je pris avec ma ligne
« D’un sel coup de filet trois cents vaisseaux de ligne
« Dans les airs je luttais contre un lion vivant
« Bien qu’il fut mit à mort un siècle au paravent
« Tremble à ton tour » Soudain blême de colère
Enfourchant mon chameau le devant par derrière
La bribe dans les pieds, la main à l’étrier
Le fourreau dans l’épée il vient me défier
C’est alors que le nez me monte à la moutarde
De mon sac à tabac je sors ma hallebarde
Et de l’arme empoignant le milieu par le bout
Je l’ajuste si bien que je manque mon coup
Il riposte et me lance en guise de tendresse
Son poing par la figure au défaut de la fesse
A la renverse, alors tombant sur mes pieds
Je lui porte au derrière un grand coup sur le nez
Mais trop reconnaissant de mon présent de noce
Il me lance à la tête un trou qui me fait bosse
Sentant mon pâle front se rougir de blancheur*
Ainsi qu’un tourtereau transporté de fureur
Il prend mon pistolet, pan ! Feu ! Il me rate
Et du cerveau se fait sauter la rate
C’est ainsi que soudain de plaisirs attris

ALaure 18/07/2009 16:17


Décidément, ces grands-pères sont de vrais trésors.
Merci pour ton commentaire, lire ces oximorons est toujours un réel plaisir pour moi.


yueyin 22/06/2007 22:51

C'est sympa les oxymorons...
J'aime bien le poème de villon qui s'inspire lui aussi des contraires... :-)
Je meurs de soif auprès de la fontaine
Chaud comme le feu, je claque des dents
En mon pays, je suis en terre étrangère
près d'un brasier, je frissonne tout brulant
nu comme un ver, vêtu en président
je ris en pleurs et attends sans espoir
Je me réconforte au fond du désespoir
je me réjouis sans trouver le moindre plaisir
je suis puissant et n'ai force ni pouvoir
Bien accueilli, rejeté par chacun

ALaure 23/06/2007 09:06

Moi aussi je trouve cela très sympaBisouxxx

lomemor du domaine des 4 vents (alias Le Gludo) 20/06/2007 23:00

bonjour madame l'ex-voisine,

chose promise chose due...j'avais dit que je viendrais vous visiter voila chose faite!
Je connais ce texte et j'en ai, je crois, retrouvé l'auteur recemment lors d'une de mes recherche sur la langue française et ces particularités...je jette un oeil surmon PC au boulot demain et vous dit ce que je tiens sur cet Oxymoron.

Cordialement

ALaure 20/06/2007 23:25

Merci beaucoup j'en serai ravi d'en apprendre un peu plus.Lors de mes recherches, j'ai trouvé un texte de Robert Desnos qui s'intitule "Un jour qu'il faisait nuit".Mais pas de traces de celui de mon grand-père.Le voici, il est pas mal non plus.Bien à vousUn jour qu'il faisait nuit Il s'envola au fond de la rivière. Les pierres en bois d'ébène les fils de fer en or et la croix sans branche. Tout rien je la hais d'amour comme tout un chacun. Le mort respirait de grandes bouffées de vide. Le compas traçait des carrés et des triangles à cinq côtés. Après cela il descendit au grenier. Les étoiles de midi resplendissaient. Le chasseur revenait carnassière pleine de poissons sur la rive au milieu de la Seine. Un ver de terre marque le centre du cercle sur la circonférence. En silence mes yeux prononcèrent un bruyant discours. Alors nous avancions dans une allée déserte où se pressait la foule. Quand la marche nous eut bien reposés nous eûmes le courage de nous asseoir puis au réveil nos yeux se fermèrent et l'aube versa sur nous les réservoirs de la nuit. La pluie nous sécha.